Les carreaux de céramique sont-ils amis de l’environnement?

L’une des plus grandes et croissantes tendances dans la construction aujourd’hui, est la construction écologique. Beaucoup de gouvernements et de municipalités exigent de la part des constructeurs d’inclure des plans de construction respectueux de l’environnement. Ils veulent des matériaux écologiques, ainsi que des méthodes de construction « vertes ». Les carreaux de céramiques sont alors une aubaine.

Pour ceux qui découvrent, les carreaux de céramique n’absorbe pas de composés organiques volatils (COV) ni n’absorbe d’autres contaminants.Une autre chose que vous remarquerez avec le carrelage en céramique est qu’il n’est pas un bon abri pour les bactéries et les champignons.

C’est pour cela que vous le retrouverez plus souvent dans les salles de bain, là où les bactéries et les champignons cohabitent naturellement. Les carreaux de céramique sont faciles à nettoyer et à entretenir, Tout ce dont vous avez besoin est de quelques nettoyants simplement à base d’eau, pas de solvants ni de nettoyants à base de produits chimiques. Et parce que tout ce qui est chimique n’est pas requis pour entretenir la céramique, vous avez un avantage environnemental intégré. Rien que ça, lui donne une longueur d’avance sur l’ensemble des matériaux pour carreaux.

L’amélioration de l’extraction des matières premières au cours des dix dernières années a conduit à de meilleurs avantages pour l’environnement. Les pratiques d’exploitation minière d’aujourd’hui sont plus économes en énergies et conduisent à des niveaux plus bas d’émissions nocives par rapport aux efforts miniers du passé.

Les fabricants font, aujourd’hui, de meilleurs carreaux. Le processus de fabrication est plus écologique et les matières premières sont meilleures. Tout cela qualifie l’écoconstruction de matériaux pour carreaux et leur pose entant que meilleures pratiques. Si vous souhaitez monter les enchères sur la réduction de votre empreinte carbone, alors essayez les carreaux de céramique.

Cliquer sur le lien pour lire cet article en Anglais.